[Mode d’emploi] Les orages de chaleurs

 

Les orages de chaleurs sont fréquents sur la côte d’Azur notamment en période estivale et en montagne.

Ils se produisent généralement en cours d’après-midi pour se terminer en fin de journée.

En matinée, sous une forte chaleur, les sols produisent une évapo-transpiration. Cet air chaud et humide monte en altitude (Oui oui c’est physique, le chaud à tendance à monter car moins dense que le froid).

 

En altitude l’air devient plus froid progressivement et cette humidité condense pour former les nuages. Les cumulus se dessinent alors en grossissant verticalement surtout !

Plus l’apport d’humidité est important, plus les cumulus vont grossir pour atteindre le stade ultime de Cumulonimbus..

L’orage atteint alors la maturité.

 

 

La masse d’humidité condensée est tellement importante dans le nuage qu’elle tombe sous son poid sous forme de pluie voir de grêle si l’air froid en altitude est intense.

En tombant au sol, les précipitations amènent avec elles de l’air froid present en altitude. Ce sont des rafales descendantes qui sont plus au moins violentes en fonction de l’intensité des précipitations.

C’est pour ca, qu’après ces orages, il fait toujours plus frais 😉 Le sol refroidit donc rapidement mettant un terme au phénomène d’évapo-transpiration.

L’orage meurt car la chaleur au sol n’est plus disponible..

 

 

Mais un orage peut en alimenter un autre..

En effet, les rafales descendantes froide vont se propager et chasser l’air chaud plusieurs kilomètres plus loin. Accentuant une nouvelle convection d’air chaud et humide dans le ciel.

Et ainsi de suite, jusqu’à que les sols soient moins chaud en fin de journée ou totalement refroidit par les averses.