Inondations meurtrières du 3-4 Octobre 2015 | Cannes – Antibes

Introduction

En soirée du 3 octobre 2015, un orage stationnaire a concerné les régions allant de Mandelieu à Nice et dans une moindre mesure les régions de l’est de Nice.

Nous allons revenir sur les événements avant/pendant/après qui ont aggravé le potentiel destructeur de cet orage.

Pour se faire, ce dossier se constituera en plusieurs parties, à savoir l’aspect prévisionnel + facteurs aggravants, le déroulement de l’orage et les dégâts occasionnés.

1 – Prévisions

Avant l’épisode de samedi soir, le temps est instable sur le pourtour méditerranéen en liaison avec une tendance dépressionnaire sur l’ouest et le sud du Bassin.

Le premier octobre, les premiers signes d’un passage orageux parfois fort pour le week-end se font voir sur les modèles à mailles fines, l’instabilité est prévue modérée avec un flux se redressant sur notre département, favorisant un risque d’orage parfois fort et pouvant déjà être peu mobile. En effet, un flux qui se redresse sur le département entraîne une baisse de la vitesse des orages, ceux-ci pouvant plus facilement se retrouver bloqués contre le relief.

Une certaine instabilité se fait voir quant à la modélisation, mais l’échéance se montrant encore lointaine, il est difficile de déjà aborder un risque d’orage parfois fort pour cette journée de samedi.

De plus, la veille de cet orage, de forts cumuls de précipitations concernent déjà le département en liaison avec une dépression subtropicale (forcast ci-dessus) transitant par la Corse (où de grosses inondations se produisent).

La journée de vendredi se déroule donc sous surveillance, car le devenir de cette « tempête méditerranéenne » est incertain. Elle ira finalement s’éteindre dans le golfe de Gênes entre vendredi et samedi. Mais, elle aura généré des pluies plutôt modérées mais régulières pendant plusieurs heures sur le 06. On relève par endroit près de 80mm de précipitations (voir peut-être plus). Les sols sont donc déjà gorgés d’eau, facteur aggravant de l’orage à venir.

En parallèle la dégradation se confirme pour le lendemain, celle-ci est même renforcée sur les dernières modélisations, les modèles disponibles montrent un net renforcement des précipitations et orages en abordant l’est Var avec un maximum d’intensité sur l’arrière-pays des Alpes-Maritimes.

L’instabilité est toujours vue modérée à forte, de plus, ce que l’on appelle une convergence de basse couche semble se dessiner pour la soirée de samedi, coïncidant avec le maximum du passage des orages. L’inquiétude commence d’ores et déjà à monter côté prévisions, les sols gorgés d’eau ne permettront surement pas d’absorber de nouvelles fortes précipitations.

Les modèles de prévision de Météo France, dont AROME disponible au grand public, commence lui aussi à modéliser quelque chose de sérieux pour la soirée de samedi, avec une pointe sur le sud des Alpes-Maritimes (forecast ci-dessous). Mais ce modèle est aussi réputé pour avoir tendance à être parfois dans la surestimation..

Ce même run prévoit aussi des accumulations de précipitations assez importantes sur toute la bande littorale, entre 80 et 100 mm (Forcast ci-dessous).

Nous publions donc un premier bulletin de vigilance en journée de vendredi, la situation pouvant devenir sérieuse pour la soirée de samedi. Un orage fort devient certain. Nous alertons également par mail nos abonnés avec le message ci-dessous :

Bonjour,

La fameuse « tempête » méditerranéenne va nous quitter progressivement en cours de nuit. Les pluies sont restées finalement plutôt modérées mais régulières toute la journée. Voici nos relevés à 15h30 :

  • Mandelieu 116mm (Valeur qui demande à être confirmé),
  • Auribeau sur siagne 84.5mm,
  • Biot, St Vallier, Nice, Roquefort et Fayence environs 70mm,
  • Beausoleil, Cannes,  St Martin du var environs 50mm,
  • La Turbie 40mm,
  • Clans 25mm,
  • Isola village 10mm.

Le caractère orageux étant loin d’être confirmé pour aujourd’hui nous vous avons communiqué aucune alerte pour vos services !

En revanche :

Demain, Samedi 4 octobre 2015. L’arrivée d’une nouvelle perturbation par l’ouest annonce un profil nettement plus dynamique même si on ne parlera pas de tempête !!!!

Le risque d’orage VIOLENT est marqué sur le littoral du 83 en cours d’après-midi. Cet orage se déplacera par la suite sur notre littoral en fin d’après-midi / cours de soirée. Son intensité sera peut être en baisse mais le risque d’orage FORT restera marqué pour les Alpes-Maritimes !

Ce bulletin est actualisé le lendemain, les prévisions étant toujours de plus en plus alarmantes pour la soirée, le risque d’orage violent est évoqué, à la vue du risque d’orage stationnaire.

Le run Arome de 12 heures Samedi montre de très vigoureuses ascendances d’air jusqu’à de très hautes altitudes comme on peut le voir sur le forecast ci-dessous. Il s’affole même en étant « hors-norme » d’après sa propre légende (bien au-delà de -180 hPa/heure). Cette carte représente la vitesse verticale de l’air à 700 hPa exprimée en hPa/heure : l’air ascendant perd de la pression d’où les valeurs négatives qui lui sont associées.

Samedi à 11h, les Alpes-Maritimes sont placées en vigilance orange par Météo-France, un risque d’orage violent et de fortes précipitations est là aussi évoqué.

Voici notre bulletin actualisé samedi :

Mise à jour le samedi 03 octobre 2015 à 14h00.

Orages forts* probablement violents* attendu sur la côte d’azur en cours de soirée.

Les premiers reliefs de la Riviera sont particulièrement exposés aux pluies diluviennes. Une centaine de litres/m² en quelques heures sont largement envisageable entre le littoral et le moyen pays.

Suite aux pluies de la veille nous craignons :

  • Ruissellements urbains importants par saturation,
  • Inondations des points bas / Caves,
  • Glissement de Terrain / Chute d’arbres,
  • Crues des petits cours d’eau / Vallons,
  • Perturbation sur les réseaux électriques.
  • Perturbation sur le réseau routier et autre.
  • Localement des dégâts sur de l’habitat léger.

Le risque de crues sur les cours d’eau principaux du département est plutôt modéré.

La perturbation arrivera par l’ouest en fin d’après-midi / début de soirée. Elle quittera le département par la frontière italienne en début de nuit / milieu de nuit.

 

*ORAGES FORTS : activité électrique, et/ou rafales convectives de 90 à 119 km/h,  et/ou pluies intenses engendrant localement de ruissellements urbains avec inondation des point bas (typiquement entre 30 et 50mm/h).

*ORAGES VIOLENTS : Activité électrique forte, pluie diluvienne productrice de ruissellements urbains importants avec localement des inondations (supérieure à 50mm/h) et/ou accompagnés de grêlons de petit diamètre, et/ou de rafales convectives de 120 à 149 km/h, et/ou de tornade d’intensité EF0 ou EF1.

2 – Observation de l’orage

En fin d’après-midi de samedi le temps est instable et quelques averses concernent déjà ça et là le département. Le vent est de dominante est, apportant beaucoup d’humidité dans les basses couches, les nuages s’accumulent sur les premiers reliefs, prémices de la dégradation du soir.

Il est environ 18h30 quand les premières cellules orageuses virulentes abordent le Var par l’ouest. Toujours aussi calme sur notre département.

Vers 19h une violente cellule orageuse se forme sur la partie est de ce département et se dirige vers l’ouest des Alpes-Maritimes.

Celle-ci arrive à la frontière du département par l’Esterel à 20h00 précise, déjà de nombreux flashs sont visibles sur les régions Cannoises/Grassoises et Antiboises.

Source de l’image radar ci dessus : infoclimat.fr

Les pluies débutent donc à cette heure-là avec très rapidement des intensités exceptionnelles, les ruissellements sont très vites nombreux. Une chute de pression très impressionnant s’opère à l’arrivée de l’orage, preuve de sa puissance comme on peut le voir sur Nice et Cannes sur le graphique ci-dessous :

Source : keraunos.org

Au radar une alimentation bloquée sur l’Esterel (près de Saint-Raphaël) est déjà visible, le pire des scénarios est en train de se réaliser, l’orage se bloque entre l’Esterel et les Préalpes.

Source de l’image radar ci dessus : infoclimat.fr

Très vite on nous signale des inondations dans de nombreux points du littoral, à 20h55 le centre-ville de La Bocca est inondé, très vite suivi par Cagnes, Mandelieu et Nice, on signale dès 21h des coupures de courant un peu partout sur la zone.

Vers 21h l’orage est à son maximum d’intensité, il est parfaitement bien formé et son caractère stationnaire bien identifiable à la lecture des échos radars.

Nous relevons à 21h30 une intensité maximale de 216mm/h pendant une dizaine de minutes ! Soit plus de 30 litres/m2 en seulement 10 minutes !!

Les ruissellements et inondations s’aggravent donc très rapidement et les affluents des cours d’eaux commencent à sortir de leur lit.

Source de l’image radar ci dessus : infoclimat.fr

Les sommets des cumulonimbus (plus haut point de l’orage) sont exceptionnellement hauts et sa structure commence à prendre les caractéristiques d’un orage en V.
Un orage en V est caractérisé par sa régénération arrière (l’orage est constamment alimenté par sa pointe) et par son aspect peu mobile, c’est un des orages qui engendre le plus de dégâts dû aux pluies.

Source : keraunos.org

Celui-ci est quasiment immobile depuis presque 2 heures, son intensité commence à faiblir mais vu sa stationnarité, les cumuls continuent d’augmenter sur les mêmes zones. Des photos de dégâts commencent à parvenir via les réseaux sociaux (particulièrement sur notre page Facebook), donnant déjà une idée de la situation dramatique qui est en train de se produire :

Les arcades au port de Nice (ci-dessus) sous 20-30 cm d’eau… Alors que nous somme à côté de la mer !

Torrents dans les rue de Cannes (ci-dessus) alors que la gare est sous un mètre d’eau (2 photos suivantes) :

A Cannes-La-Bocca (ci-dessus), la Frayère est sortie de son lit, emportant voitures et autres objets sur son passage.

L’orage perd ensuite vite en intensité, à 23h son alimentation se « casse », il va bientôt mourir et ne concerne plus que Antibes et le proche littoral.

Après minuit, nous obtenons quelques informations sur la situation en cours, un camping serait très touché à Biot et des hélitreuillages seraient en cours, hélitreuillages également à Mandelieu où le Riou menace habitations et campings, l’A8 est coupée dans les 2 sens au niveau de la Brague, de nombreuses routes secondaires sont également barrées et/ou inondées. Les rumeurs de plusieurs victimes sont déjà présentes.

Les zones s’étendant entre Mandelieu et Cagnes-sur-Mer sont littéralement coupées du monde. Les routes sont bloquées ou complètement saturées, la circulation dans le département devient extrêmement difficile voir impossible.

Ce soir 2 événements majeurs avaient lieu :

  • Un match de football Nice / Nantes au stade Allianz Riviera (Environs 10000 personnes). Match annulé à la fin de la mi-temps suite à cet orage.
  • Le concert de Johnny Hallyday au palais Nikaïa (Entre 10000 et 20000 personnes).

De plus, un samedi soir, de nombreux mariages ou baptêmes avaient lieux dans différents endroits du département.

Coté SNCF, plus aucun train ne peut circuler entre Nice et Toulon.

Plusieurs milliers de personnes se retrouvent alors naufragées de la route ou du rail. 800 personnes seront également hébergées à l’aéroport suite aux différentes annulations de vols.

30.000 Foyers sont privés d’électricités.

Les cours d’eau sortis de leur lit et ayant engendré le plus de dégâts sont donc :

  • Le Riou à Mandelieu
  • La Brague à Biot
  • La Frayère à Cannes-la-Bocca

Les prévisions annoncés un orage violent.. Mais son intensité fut finalement au dessus des prévisions avec un orage extrême.

Une synthèse des précipitations enregistrées ci-dessous le montre :

Source : keraunos.org

3 – Les dégâts

Le lendemain matin le calme météorologique est revenu avec un grand ciel bleu. mais le département est sous le choc :

Le bilan humain et encore provisoire fait état de 16 morts et 6 disparus.

  • Cannes : 2 personnes (70 et 77 ans) emportés par les flots. Une jeune femme est toujours portée disparue entraînée par le courant dans les sous/sol de son immeuble.
  • Biot : 3 personnes âgées dans une maison de retraite « le clos saint grégoire » suite à la crue de la Brague. Et une touriste Irlandaise de 60 ans emportée également par la crue de la Brague au camping du Pylône.
  • Mougins : 1  jeune femme de 31 ans emportée par la crue de la Frayére avec son véhicule.
  • Golfe-Juan : 1 famille de 3 personnes retrouvées mortes dans leur véhicule sous un tunnel engloutit par les eaux de ruissellement.
  • Mandelieu-la-Napoule : 7 morts (45, 46, 56, 2 de 67, 70 et 77 ans) dans 2 résidences du boulevard de la Taverniére. Noyés dans leur voiture alors qu’ils tentaient désespéramment de les sortir du garage. 1 personne est toujours portés disparue !

Les dégâts sont eux aussi malheureusement très nombreux. C’est une vision d’apocalypse qui s’offre aux yeux des Azuréens.

Mandelieu sur les rives du Riou, le spectacle est par endroit désolant :

Ce cours d’eau est monté en quelques minutes de plus de 3m, balayant tout sur son passage :

Camping de l’Argentière où des hélitreuillages ont eu lieu la veille (le Riou est situé 5m plus loin sur la droite) :

Biot, camping dévasté au bord de la Brague :

Source : LeMonde.fr

Source : LeMonde.fr

Cannes :

Source : LeMonde.fr

3 – Interprétation/Explication

Nous allons maintenant essaye de revenir sur les facteurs qui ont aggravé cette dégradation :

I – Sols saturés :

Ci-dessous une carte des cumuls de précipitation pour cet épisode émise par l’observatoire Français des Orages et des Tornades : Keraunos.org

On peut voir que c’est véritablement la zone entre Mandelieu et Antibes qui a reçu le plus de précipitations, l’orage stationnant pendant près de 3 heures sur cette zone, des cumuls aussi importants en seulement quelques heures sont véritablement exceptionnels. Cet aspect diluvien a également été renforcé par les précipitations tombées la veille, par endroit, on dépasse les 300mm de pluie en 2 jours.

Nous choisirons 3 cours d’eau qui ont engendré des dégâts, la Brague à Biot, la Frayère à Cannes-La-Bocca et le Riou à Mandelieu :
Le bassin versant de la Brague a reçu plus de 200mm de précipitation en 2 jours ce qui explique cette crue exceptionnelle et dévastatrice, même chose pour le Riou et la Frayère, comme nous pouvons le voir sur la carte simplifiée ci-dessous :

Les sols ne pouvait donc plus absorber la moindre lame d’eau, et la violence de celles de l’orage ont accentuer l’effet de ruissellement et les crues éclairs que nous avons pu observer sur de nombreux cours d’eau de cette zone. Ce facteur des sols saturés est un des principaux facteurs ayant permis au cours d’eau de rapidement déborder et provoquer tous ces dégâts matériels et humains.

II – L’urbanisation

Cet orage a touché une zone du département très densément peuplée et urbanisée comme nous pouvons le voir dans la carte ci-dessous :

Source CG06

Certains sols de la bande littorale affiche une artificialisation de 99%… Entourée en rouge la zone ayant reçue le plus de précipitations !

Se pose maintenant la question des effets de cette urbanisation excessive, le fait de construire toujours plus conduit inévitablement à construire des habitations dans des zones inondables, c’est le cas pour les 3 cours d’eaux évoqués précédemment, ils possèdent tous des habitations en zone inondable ce qui a certainement conduit à augmenter le bilan humain et matériel.
Cependant, avec toujours plus d’habitants, notre département a un besoin de place croissant et les communes hésitent de moins en moins à construire dans ce genre de zone, de plus, le fait que ce genre d’orage possède une période de retour assez élevée favorise sûrement la prise de décision concernant les zones inondables. En effet, il faut remonter au 26 juin 1994 pour retrouver un système orageux aussi pluvieux en si peu de temps. Auribeau sur Siagne, Cannes, Grasse, Saint-Cézaire avaient été très sinistrés également. La Frayère avait également tout emporté sur son passage. Environ 200mm en moins de 3 heures avaient également été enregistrés par Météo-France.

L’historique de la Brague n’a également rien à envier à sa voisine de la Siagne. Elle, et ses différents affluents (La Valmasque, les Combes, les Horts) sont bien connus de Biot pour leurs nombreuses crues (1987, 1993, 1996, 1999, 2000, 2005 et 2011). Plusieurs études hydrologiques ont d’ailleurs été réalisées afin de limiter la fréquence des crues. A la suite de ces études, de nombreux travaux sont réalisés :

  • Réalisation d’un bassin de rétention sur chacun des vallons (Combes et Horts), en amont des secteurs urbanisés,
  • Augmentation du calibrage des vallons en aval de ces bassins.

Plusieurs systèmes d’alertes sont également mis en place afin de prévenir les populations résidant en zone dangereuse :

  • Surveillance météorologique via Novimet (radar de mesure et d’analyse des précipitations) et Apic (service d’avertissement pluies intenses à l’échelle des communes de Météo France).
  • Vidéo-protection avec caméras dédiées à la surveillance des cours d’eau et des zones boisées
  • Adhésion au Cyprès (Centre d’information pour la prévention des risques majeurs).
  • La mise en place de 4 groupes de sirènes électroniques, dont le 4e a été ajouté suite au retour d’expérience des inondations de novembre 2011, puisque le quartier La Romaine s’était révélé être un point sonore faible.
  • Le relais des informations en cas d’Alerte Orange par les moyens de communication municipale (site internet, Facebook, Twitter).

Pour autant, tous ces travaux de prévention et d’alerte ont clairement montrés leur inefficacité en cas de crues éclaires et d’orage extrême. Et le fait que le centre de commande des sirènes ai été placé en zone inondable reste pour le moins cocasse…

III – Les comportements

Le bilan humain de cette tragédie après plusieurs jours de recherche sera finalement de 20 morts. Ce bilan humain particulièrement lourd nous questionne. Notamment le nombre de personnes retrouvées noyés dans des points bas ou dans des garages. Si nous pouvons comprendre que vouloir sauver un bien d’un sinistre est un réflexe humain, il est évident que beaucoup de victimes se sont exposés de façon consciente ou inconsciente à une situation très dangereuse. Elles révèlent souvent une prise de risque ou une sous-estimation du danger par la population.

De plus les centres de traitement des alertes des différents services de secours se sont rapidement trouvés complètement saturés par les très nombreux appels. En milieu de soirée, les sapeurs-pompiers n’étaient plus joignable suite à l’encombrement des lignes. Dans cette masse d’appel, énormément ne justifiait pas d’intervention immédiate. Laissant ainsi de nombreuses personnes complètement isolée face à un péril réel et immédiat et parfois vital !

Ce soir là, il semble que l’alerte orange a été en grande partie banalisée. C’est pourtant un niveau de vigilance déjà sérieux ou des mesures anticipatoires doivent être misent en place. A chaque alerte orange, le pire des scénarios est potentiellement possible et envisagé. Mais heureusement, celui-ci ce produit que très rarement !

 

4 – Synthèse :

Même si des orages aussi extrêmes restent rares dans le département et que leurs récurrences est plutôt faibles. Ils constituent une menace réelle sur les vies humaines, le déplacement de populations et des arrêts ou des perturbations d’activités économiques.

Nous constatons qu’en 2015, nous ne sommes toujours pas en mesure au niveau prévision d’identifier clairement la stationnarité et la localisation précise de ces orages. En revanche, nous sommes capables d’identifier le moment de survenue du risque ainsi que celui de sa fin avec des tranches horaires assez précise. Réduisant ainsi la durée de vigilance à quelques heures. Ainsi ce soir là, notre vigilance s’étendait de la fin d’après-midi/début de soirée à la fin de soirée/milieu de nuit.

La mise en ligne au grand public des différents radars (pluie, vapeur d’eau, nuages) ainsi que des différents modèles de prévision permet également de rendre accessible l’analyse du risque orageux en temps réel. Grace à notre application nous avons pu alerter en temps réel nos utilisateurs :

  • 19h19 => Orage en approche des Alpes-Maritimes.
  • 19h54 => Vous êtes sur l’ouest du département ? Soyez extrêmement vigilants, orage puissant en cours !

L’état des sols est un facteur déterminant dans la prévision d’une vigilance. Sa surveillance nous est possible grâce à l’utilisation d’un réseau de particuliers passionnés qui installent des stations météorologiques. Ils nous fournissent à chaque dégradation des relevés pluviométriques précieux. Ces donnés étant essentielles. Nous cherchons à agrandir notre réseaux sur l’ensemble du territoire et à le rendre accessible gratuitement au grand public via le web.

L’urbanisation intense du littoral est aussi un facteur aggravant en cas de précipitations intenses. Cet orage n’aurait pas eu les mêmes conséquences sur le haut pays avec des bassins versants plus étendue et surtout moins urbanisés. Nous constatons régulièrement lors d’orages forts ou violents que notre urbanisation n’est plus en mesure d’évacuer des lames d’eau supérieures à 50mm/h. L’imperméabilisation du sol (bâtiments, voiries, parkings, etc.) limite l’infiltration des pluies et accentue le ruissellement, ce qui occasionne souvent la saturation et le refoulement du réseau d’assainissement des eaux pluviales. Il en résulte des écoulements plus ou moins importants et souvent rapides dans les rues ainsi que l’inondation des points bas.

Les plans communaux de sauvegarde ont permis d’identifier et de connaitre les zones inondables. L’urbanisation dans ces zones constitue l’un des principaux facteurs aggravants, par augmentation de la vulnérabilité. Toutefois, l’acquisition de ces connaissances n’est pas suffisante pour adapter les comportements. Connaître le risque ne signifie pas que l’on ait conscience que cela peut effectivement se produire, ni que l’on se représente ce que le mot “inondation” signifie, ni ce que sont les conséquences d’un tel phénomène. Cela ne suppose pas non plus que l’on connaisse ou adopte les comportements adaptés en cas d’inondation, que l’on ait les réflexes qui participent à la mise en sécurité de sa vie, de celle de ses proches ou de ses biens. De plus si les systèmes d’alertes des crues ont déjà fait leurs preuves lors d’épisode méditerranéen avec des crues plus progressives. Ils semblent qu’ils ont clairement dysfonctionnés avec une crue éclaire sur un orage extrême. Instaurer une véritable culture du risque dans les territoires exposés aux inondations est une absolue nécessité. Rien ne sera possible ni réellement efficace si les populations ne perçoivent pas la réalité du risque auquel elles sont soumises.

Un album photo crée par Nice-Matin sur Facebook, au lendemain de la catastrophe regroupe beaucoup de photos toutes plus impressionnantes les unes que les autres !
Toute l’équipe se joint aux sinistrés et transmets ses sincères condoléances aux familles et proches des disparus.

 

En complément de cette article, vous pourrez retrouver une analyse de Pierre Carrega, professeur émérite à l’université Nice Sophia-Antipolis dans le PDF ci-dessous :

 


3 réflexions au sujet de “Inondations meurtrières du 3-4 Octobre 2015 | Cannes – Antibes

Les commentaires sont fermés.

14 Partages